Medaglia esposizione industriale Epinal 1881 di Bescher belle coniatura medal

CHF 259.50 Sofort-Kaufen oder Preisvorschlag Unsold, CHF 10.02 Versand, 14 giorni Rücknahmen, Kostenloser PayPal-Käuferschutz in unbegrenzter Höhe.

Verkäufer: Top-Rated Seller breizh.antiques.5 (3,045) 100%, Artikelstandort: Strasbourg, Versand nach: Worldwide, Artikelnummer: 183548551294 Medaglia esposizione industriale Epinal 1881 di Bescher belle coniatura medal La descrizione di questo articolo è stata tradotta automaticamente. Se hai dubbi o domande, ti invitiamo a contattarci. 61 Med 41Médaille en bronze de la Monnaie de Paris (Poinçon corne d'abondance à partir de 1880) .Dans sa boite d'origine .Frappée en 1881 .Vierge d'attribution au revers .Belle patine, belle frappe bien nette .Graveur : Bescher .Dimension : 68 mm .Poids : 145 g .Métal : bronze .Poinçon sur la tranche (mark on the edge) : corne d'abondance + bronze .Envoi rapide et soigné.Le chevalet n'est pas à vendre .The stand is not for sale . Épinal est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est. Préfecture, elle se situe au sud de la région historique et culturelle de Lorraine. Épinal est traversée par la Moselle, un affluent du Rhin.Au dernier recensement de 2015, la commune intra-muros (sans sa banlieue) comptait 31 938 habitants. L'aire urbaine d'Épinal compte depuis le 1er janvier 2015 quant à elle 93 184 habitants. Il s'agit, de loin, de la première ville vosgienne, et de la quatrième de Lorraine, derrière Metz, Nancy et Thionville.Connue d'abord pour son imagerie, fondée en 1796 par Pellerin, la ville l'est également pour son château et sa basilique.Épinal est le premier pôle économique et commercial du département et joue donc un rôle majeur à l'échelle régionale dans le cadre du Sillon lorrain. La ville en fait l'expérience avec une extension urbaine forte et une démographie en hausse qui se remarque surtout dans sa banlieue, alors que la population de la ville-centre a tendance à se stabiliser, celle de sa banlieue proche (Golbey, Chantraine...) ou éloignée (Thaon-les-Vosges, etc.) « explose ».L'aire urbaine d'Épinal est donc un pôle urbain secondaire français avec plus de 93 000 habitants et plus de 36 000 emplois.Ses habitants sont appelés les Spinaliens. La date mythique de fondation d'Épinal serait 983 puisque des célébrations ont eu lieu pour le « Millénaire » en juin 19837. Toutefois, on peut considérer aisément que cette date a été choisie de manière politique pour marquer un « point de départ »7 suite à l'élection de Philippe Séguin au poste de maire.Sur une terre qui appartenait à l'ancienne cité des Leuques, se trouve un promontoire qui surplombe les routes d'eau nord-sud de l'ancienne route de Germanie (voie romaine Metz-Bâle) et un embranchement de la voie Langres-Strasbourg. Thierry Ier évêque de Metz décide de construire sur une des manses de la paroisse de Dogneville un château et un monastère. La manse s’appelait la manse de Spinal, mais la ville recouvrait aussi11 les terres des manses d'AvrinsartNote 1 , Grennevo12, Rualménil13 et Villers14. Il dota l’ensemble d’un marché15. Le but de Thierry était de protéger le sud de ses possessions qui était attaqué par les pillards bourguignons. À l’époque, la ville de Remiremont était bourguignonne. Il donna au monastère les reliques de saint Goëry qui se trouvaient dans le monastère messin de Saint-Symphorien. Ces reliques furent l’objet de nombreux pèlerinages ce qui permit l’essor économique de la ville.Des fouilles archéologiques ont confirmé des traces d'une présence humaine au Xe siècle. Un dépotoir a été retrouvé, ainsi que des traces de clôtures et des latrines.Le monastère ne fut réellement occupé que sous le règne de son successeur Adalbéron II. L’église et le monastère furent consacrés16 en l’honneur de saint Maurice et de saint Goëry. Le monastère aurait d'abord été occupé par des hommes (chanoines), puis rapidement par des femmes, bénédictines puis chanoinesses, au XIIe siècle.Grand sceau d’Épinal annexé à une charte du 10 septembre 1444 par laquelle les quatre gouverneurs d'Épinal et de Rualmesnil ont confirmé la donation de la ville d'Épinal au roi. Sceau de la ville repris sur une médaille de 1966.En 1444, la ville d'Épinal faisait encore partie du domaine des évêques de Metz. En septembre, des représentants de la ville profitent du passage du roi Charles VII à Nancy pour lui offrir la soumission de la ville et lui demander en retour sa protection. L'acte de soumission d’Épinal est daté du 7 septembre 144417,18. Le roi promet de ne jamais aliéner la cité, mais Louis XI cède la place au maréchal de Bourgogne en 146519. Finalement, Épinal passe sous la tutelle du duc de Lorraine.L'époque moderne : Épinal au cœur des relations entre la France et la LorraineLe château d’Épinal au XVIIe siècle. Extrait d’un tableau de Nicolas Bellot représentant la Passion du Christ. L’artiste a symbolisé Jérusalem par le château d’Épinal. Le tableau est exposé dans la basilique Saint-Maurice.Article détaillé : Château d'Épinal.Depuis 1466 Épinal appartient au duché de Lorraine. Celui-ci est indépendant depuis le traité de Nuremberg de 1542. À l’intérieur du duché, la ville bénéficie d’un statut de relative autonomie. Elle est administrée par un collège de quatre notables choisis tous les ans. En 1585, on recense un peu moins de 4 000 habitants20. Il y a une importante activité textile parfaitement visible sur le plan peint par Nicolas Bellot en 1626 (tableau original visible au musée de la Cité des images à côté de l’imagerie, reproduction visible au musée du Chapitre). Sur cette peinture on distingue parfaitement le blanchiment sur prés des draps au lieu-dit les Gravots. Il existe également une industrie papetière utilisant les moulins sur le bord de la Moselle (également visible sur le plan Bellot). Le plan montre également le château ainsi que les remparts qui protègent la ville. La ville connaît dans la première parti Les ruines du château et ses vignes. Le château en l’état. Souterrains dans le château d'Épinal.La Révolution et l'EmpireEn 1790, l’Assemblée constituante demande à l’assemblée départementale des Vosges de choisir entre Mirecourt et Épinal pour désigner le chef-lieu du département. L’assemblée départementale se réunit à Épinal le 1er juin et choisit par trois cent onze voix contre cent vingt-sept la ville d’Épinal23. Mirecourt devient une sous-préfecture.1870 : la guerre mais aussi le début d’un nouvel apogéeEntrée de la batterie de Sanchey, un des quinze forts datant des années 1880.Même si Épinal est moins concernée par le conflit que les régions françaises plus au nord, elle fut l'enjeu d'un combat le 12 octobre 1870. Les combats pour défendre la ville ont eu lieu dans les environs à Deyvillers, vers le château de Failloux, au bois de la Voivre et dans la tranchée de Docelles. À l’entrée des soldats par le faubourg Saint-Michel, s’illustre le Spinalien Sébastien Dubois qui, se plaçant un genou à terre avec son fusil au milieu de la rue, abat deux soldats avant d’être lui-même tué. En représailles de la résistance de la ville, les Allemands demandent 500 000 francs or. Cette somme est ramenée à 100 000 francs après négociation. La ville est occupée jusqu’au 30 juillet 1873.Paradoxalement, la catastrophe pour la France de la défaite de 1870 est à l’origine d’un formidable développement de la ville. Avec le traité de Francfort, la ville d’Épinal comme la presque totalité du département des Vosges reste française. Commence alors un très fort développement basé sur l’immigration de nombreux industriels alsaciens, notamment du secteur textile, qui fuient l’annexion allemande. Ces industriels sont à l’origine de l’industrie textile dans les Vosges. Épinal prenant la place de Mulhouse, passé en territoire allemand, comme centre industriel du textile. Le développement est également provoqué par la position frontalière de la ville qui devient une des quatre places fortes24 avec Verdun, Toul et Belfort du système de défense Séré de Rivières.XXe siècleArticle détaillé : Tramway d'Épinal.Les anciens tramways d'Épinal, place des Vosges.La rue Léopold-Bourg.Au début du XXe siècle, la ville dispose d'un réseau urbain de tramways, ce qui peut paraître étonnant au regard de sa population. Il disparaît avec la Première Guerre mondiale.La Première guerre mondialeLe 3 août 1914, tandis que les régiments du 21e corps d'armée quittent la place vers la frontière des Vosges à la suite du 149e régiment d'infanterie, on évacue la ville et notamment les « bouches inutiles ». Le 10 août l'évacuation terminée 14000 Spinaliens sur 26000 civils ont quitté la ville où l'on prépare la défense25.La commune a été décorée le 22 octobre 1921 de la croix de guerre 1914-191826.Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?La Seconde Guerre mondialeLa place des Quatre-Nations lors de la libération de la ville par les Alliés en 1944.En juin 1940, pour protéger la retraite des troupes françaises le génie fait sauter les arches centrales du magnifique viaduc de la Taverne à Dinozé. Le 11 juin 1940, les Allemands vont à leur tour bombarder le viaduc de Bertraménil au cours de leur offensive de manière à couper tout lien ferroviaire aux troupes françaises dans ce secteur.Le fort de Longchamp situé au nord d’Épinal, qui est le fort le plus puissant de la place, combattit quatre jours en juin 1940 avec un effectif très réduit. Il tirera près de 300 obus de 155 et 400 de 75. Les bombardements qu’il subira ne feront aucun dégât majeur mais cinq soldats périront dans le fort pendant les combats (3 Allemands et 2 Français). Il sera complètement ferraillé en 1943-1944.La libération d'Épinal commença les 22 et 23 septembre 1944 par un duel d'artillerie qui fut particulièrement tragique pour la ville dont le centre a été durement éprouvé.Auparavant, débarquée en Normandie, la 3e Armée américaine commandée par le général Patton a libéré le nord de la région d'Épinal. La 2e DB commandée par le général Leclerc formait alors l'aile droite de la 3e Armée américaine. Elle libérait Dompaire et avança sur Épinal par le nord et l'ouest (Chaumousey, Les Forges, Chantraine).Débarquée en Provence, la 1re Armée française, commandée par le général de Lattre de Tassigny, montait en parallèle avec la 7e Armée américaine et libérait la région sud d'Épinal après avoir pris Toulon, Marseille, Lyon…Le mémorial américain du Quéquement.Ainsi, les forces alliées avaient décidé de prendre la ville d'Épinal en tenaille, en particulier grâce aux renseignements communiqués par les réseaux de résistance locale.Très vite, l'ennemi fut chassé de l'usine où il était replié dans l'actuel quartier du port, et les Alliés prirent le dessus sur des Allemands manquant de munitions.Le dimanche 24 septembre 1944, vers 17h30, le premier char américain de la 7e Armée américaine, c

76659933.com Insights 76659933.com Exklusiv
  •  Popularität - 2 blicke, 0.1 views per day, 21 days on eBay. Normale von blicke. 0 verkauft, 1 verfügbar.
  •  Preis -
  •  Verkäufer - 3,045+ artikel verkauft. 0% negativ bewertungen. Verkäufer mit Top-Bewertung! Schiffe pünktlich mit Tracking, 0 Probleme mit vergangenen Verkäufen.
Ähnliche Artikel Items
SitemapDragon Quest Dai Fly Jump 50Th Anniversary Banpresto Figure New Nueva | Shadow of Night: (All Souls Trilogy Book 2) by Deborah Harkness | Motor Magazine 1977 nummer 26 (1 juli) TT - Nummer Wil Hartog wint! (Nederlands)